Reblochon

Le nom Reblochon provient de deux mots du patois savoyard : reblocher, qui signifie « traire une seconde fois », et rablassa, qui veut dire « marauder ». En effet, autrefois, dans le massif des Aravis, la redevance que les métayers devaient payer à leur propriétaire était fixée proportionnellement à la quantité de lait recueillie. La production laitière était évaluée à partir du nombre de fromages produits. Afin de minimiser leur fermage, les fermiers ne trayaient pas totalement leurs vaches pour confectionner les gros fromages qu’ils vendaient ensuite dans la vallée. Avec le lait gras et crémeux qui restait dans les pis, ils fabriquaient clandestinement un petit fromage destiné à leur consommation personnelle : le Reblochon.

Le « fromage de dévotion »

Ce fromage produit en fraude existe probablement depuis très longtemps. Mais on comprend qu’il n’ait guère fait parler de lui avant le XVIIIe siècle.
Son surnom de « fromage de dévotion » date de cette époque. Les Savoyards prirent alors l’habitude d’offrir des reblochons aux moines chartreux lorsqu’ils venaient chaque année bénir leurs chalets et leurs alpages.

Dégustation

Fabriqué au lait cru, le Reblochon a un goût agréable, subtil et moelleux.
Certains amateurs y décèlent une saveur de noisette. Comme toujours, privilégiez les fromages fermiers, à la saveur plus caractéristique ; ils représentent un peu plus de 20% de la production totale. On les reconnaît à leur plaque de caséine verte, posée sur le fromage quand il est frais et qui s’enfonce ensuite dans la croûte.