Qui Mont d’Or dîne !

Le froid arrive et avec lui un délice d’hiver bien connu des amateurs de fromages, le Vacherin du Haut-Doubs (ou Mont d’Or). A vos cuillères !

Autrefois fromage des vachers du Haut-Doubs, cette pâte molle à croûte lavée obtient ses lettres de noblesses en 1981 en recevant un AOC (aujourd’hui AOP) soulignant ainsi sa notoriété historique. Et oui, le Mont d’Or ne date pas d’hier, et bien que ses origines restent mystérieuses, sa fabrication remonte quant à elle à la fin du Moyen Âge.

Une boîte très select

Le Mont d’Or est un des rares fromages saisonniers, il ne faut donc pas louper le coche (15 septembre – 15 avril) pour pouvoir en profiter. Présenté dans une boite en épicéa, dont la conception est rigoureusement encadrée, c’est le contact du fromage avec cette dernière qui lui confère son goût tout à fait particulier. Mais n’est pas Mont d’Or qui veut ! Seul le lait des vaches Montbéliardes ou des Simmental françaises broutant l’herbe du massif jurassien peut servir à l’élaboration de ce met particulièrement apprécié du roi Louis XV.

Le fromage convivial par excellence

En fin de repas le Mont d’Or se fait convivial. Une fois le dessus ôté avec la lame d’un couteau, 6 à 8 personnes peuvent piocher dedans à la cuillère, comme dans un bon pot de glace, et profiter de sa pâte coulante et crémeuse. Il trouvera tout à fait sa place sur un plateau franc-comtois accompagné de Bleu de Gex et d’un morceau de Comté.

Mais le Mont d’Or peut aussi se faire plat principal une fois passé au four (environ 15 minutes à 150°) et arrosé de vin blanc. Servi avec des pommes de terre, une salade verte et d’un peu d’ail, cette « boîte chaude » est une alternative originale à la raclette traditionnelle.