Casanova l’a dit … Le Roquefort c’est aphrodisiaque !

Oui, oui vous avez bien lu, le Roquefort aurait des vertus aphrodisiaques et sa naissance légendaire y est surement pour quelque chose …

En effet, l’histoire voudrait que le Roquefort soit le fruit d’une belle romance. En des temps immémoriaux, quelque part en Aveyron, un berger préféra pourchasser une belle plutôt que ses brebis laissant derrière lui son casse-croûte composé de pain et de caillé. Quelques jours plus tard, de retour à son office, il retrouva son fromage moisi. Son escapade ayant dû lui ouvrir l’appétit, il ne se laissa pas rebuter par l’aspect de son fromage et le trouva fort bon. Le Roquefort était né !

Comment ça ? Le Roquefort serait du fromage moisi !

Vous l’aurez compris, le Roquefort est fait à partir de lait de brebis. Une fois chauffé celui-ci est ensemencé avec des spores de Penicillium roqueforti, un champignon microscopique. C’est lui qui donnera son duvet bleuté au fromage. Le caillé est alors piqué afin de favoriser le développement du champignon. Ces pains de fromages sont ensuite entreposés dans des caves humides pour poursuivre leur affinage.

Mais attention, pas dans n’importe quelles caves. Seules les caves fraîches du Combalou permettront à ce fromage à pâte persillée d’obtenir le nom de Roquefort AOP.

Faites comme Charlemagne … Mangez du Roquefort à Noël !

Idéal durant les fêtes de fin d’année, le Roquefort trouvera parfaitement sa place sur un plateau au côté d’un vacherin et d’un brillat-savarin. Nous vous recommandons de l’accompagner d’un verre de rivesaltes ou de porto vintage pour en exprimer toute sa saveur.

Decoupe-roquefortPour ce qui est de sa découpe vous pouvez vous aider de ce schéma. Mais surtout ne faites pas comme Charlemagne lorsqu’il dégusta ce fromage pour la première fois, n’ôtez pas les moisissures … C’est ce qu’il y a de meilleur !